Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 14:54

A la demande des organisations syndicales, la direction générale a lancé officiellement le mercredi 22 janvier 2014, le comité de suivi de l’étude ergonomique de l’application Rialto investigations. Ce sont les ergonomes des ministères économiques et financiers qui sont chargés de cette étude.

La CFDT Finances publiques cohérente  

Lors du de la tenue d’un premier groupe de travail contrôle Fiscal du 19 décembre 2013, présidé par Monsieur Olivier Sivieude nouveau chef de service, toutes les organisations syndicales ont indiqué comprendre la nécessité de rendre compte au Parlement, sur l’activité des services.

De la même manière plus aucune OS ne s’opposait à l’application Rialto investigations, même si elles en dénonçaient les nombreux dysfonctionnements.

Plusieurs attitudes

Lors du 1er du comité de suivi, du 22 janvier 2014, à part la CFDT Finances publiques qui ne change pas d’avis sur un sujet identique, sauf en cas de raison légitime de le faire, d’autres organisations syndicales ont opéré un revirement.

Une s’est prononcé résolument contre la mise en place de Rialto. Une autre refuse même de s’associer à une possibilité d’amélioration de l’application.

La CFDT Finances publiques qui n’est pas hostile par principe à la mise en œuvre de cette application, et qui réclame un diagnostic précis des problèmes, a aussi rappelé que la mise en place de cette application, ne doit pas se faire au prix d’une dégradation des conditions de travail des utilisateurs.

La CFDT et l’étude ergonomique

La direction générale a décidé d’une étude ergonomique approuvée par la CFDT. L’étude ergonomique menée par le secrétariat général des ministères économiques et financiers comporte deux volets :  

  • un volet concernant l’interface Homme / Machine ( IHM ). Cette partie de l’étude se déroulera au bureau des ergonomes qui navigueront sur l’application a cet effet.
  • le second volet de l’étude conduira les ergonomes a aller sur le terrain, et à étudier l’impact de l’application Rialto Investigation sur les conditions de travail des vérificateurs.

Trois brigades seront expertisées par les ergonomes.

Deux brigades sont expérimentatrices de DIRCOFI et DRFIP, et une brigade n’est pas expérimentatrice de DIRCOFI.

La CFDT a réclamé une étude sur les personnes ou les brigades ayant utilisé Rialto Investigation et qui ne l’utilisent plus.

L’étude ergonomique se concentre en effet sur les utilisateurs actuels de l’application. Cette étude ergonomique risque de se priver d’informations riches d’enseignement, en évitant de s’intéresser aux vérificateurs qui ont utilisé l’application et l’ont délaissé, en ne cherchant pas à en comprendre les raisons.

Pour la CFDT, il ne semble pas utile d’aller voir les brigades expérimentatrices, car elles ont été soigneusement choisies par les directions et ont largement contribué à la conception actuelle de l’application.   La DG a indiqué que cette étude était envisageable. La CFDT y veillera.

La DG semble vouloir une étude sérieuse

Le chef de service du contrôle fiscal a tenu à rassurer les organisations syndicales. Il a rappelé que le comité de suivi ne se substitue pas aux instances classiques de dialogue social.

L’administration centrale veillera à une répartition équilibrée entre les expérimentateurs et les utilisateurs récents de l’application Rialto Investigation.

Suite à ce travail de terrain, les ergonomes présenteront leur travaux aux OS le 1er avril 2014 et entameront alors un cycle de groupe de travail avec des utilisateurs.

Une restitution finale aux organisations syndicales de l’étude ergonomique aura lieu vers le 13 mai 2014.

La CFDT sera au rendez-vous.

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 20:02

Le 14 janvier 2014, à notre grande surprise, la direction générale a convoqué un groupe de travail portant sur le sujet SIP/Centre des impôts fonciers (CDIF). A l’issue de l’examen des conclusions de l’étude ergonomique réalisée par la société DS Services, un autre calendrier était envisagé, avec des réunions plus lointaines, permettant de donner plus de temps à la réflexion mais dans le cadre de la démarche stratégique, il faut faire au plus vite ! Ce GT avait pour objet d’examiner les propositions de l’administration au regard de l’évolution des CDIF et d’en débattre. La CFDT Finances publiques regrette que des questions, pour intéressantes quelles soient mais hors sujet dans ce GT, abordées par les autres organisations syndicales aient empêché le débat.

  CR_GT_SIP-CDIF_20130114.doc
 

Un constat :

Lors du GT du 14 novembre 2013, la CFDT Finances publiques avait dénoncé la dégradation de fait de la mission cadastrale.

En effet, il y a dix ans, avant la création de la DGFiP qui a donné un sursis à l’achèvement d’une réforme condamné par les OS et les personnels, l’ex- DGI avait pris la responsabilité de mettre un terme à une structure : le CDIF.

Avec le CDIF, les règles du théâtre classique trouvaient à s’appliquer : unité de temps, de lieu et d’action. Ces règles devaient pouvoir s’adapter à une administration en mouvement, mais la direction générale a préféré casser d’abord et réfléchir ensuite.

La synthèse présentée le 14 novembre dernier relevait plus d’une situation idéale que de la réalité vécue par les agents et les usagers du service public.

Nos propositions :

La CFDT Finances publiques souhaite une organisation unifiée sur l’ensemble du territoire.

Il est indispensable de différencier la mission foncière de la mission fiscale des SIP. On le sait, contrairement à ce que veut faire admettre l’administration, CDI/CDIF ou SIP/CDIF, ça ne marche pas. Les études ergonomiques confortent ce constat. Alors, pourquoi, la DG insiste sur l’impossibilité de revenir en arrière, sur la poursuite de la réforme. Elle prétend s’engager à mettre en œuvre un dialogue direct, plus approfondi sur ce sujet.

Les conditions de travail :

La CFDT Finances publiques, n’est pas enthousiaste face aux 3 scenarii proposés. Elle rappelle son souhait de voir respecter les principes et objectifs suivants :

  • le respect des conditions de travail de tous nos collègues,
  • le maintien de la qualité de l’accueil des usagers,
  • l’absence de dégradation des missions fiscales, foncières et cadastrales et leur revalorisation.

Soutenir et valoriser la mission foncière :

La CFDT Finances publiques exige le respect des métiers des agents tout au long du processus.

L’instauration de cellules foncières devra répondre à la diversité territoriale.

La CFDT Finances publiques veillera particulièrement au respect de l’engagement de la DG de ne pas déplacer les agents, d’articuler respect des métiers avec la suppression des filières dans le cadre de la création des cellules foncières et de ne pas transformer la mission foncière en mission fiscale.

Pour une mission foncière clairement positionnée :

La CFDT Finances publiques demande que la mission foncière soit clairement positionnée au sein de l’organisation de la DGFiP.

La CFDT Finances publiques est favorable à la création de la mission de « référent mission foncière » à condition qu’elle soit accompagnée de la création des postes au TAGERFIP.

Notre organisation syndicale attend des précisions quant au développement d’un réseau « foncier » et aux tâches qui lui seront dévolues. Elle réclame un pilotage fort de la part du bureau métier, avec l’apport d’une véritable expertise technique pour répondre aux besoins de soutien des équipes.

La CFDT apprécie la possibilité d’une offre de formation présente et future mais regrette que celle-ci reste une esquisse conditionnelle. Elle attend la proposition ferme et définitive qui devrait faire l’objet d’une étude spécifique par l’ENFiP et un groupe de sachants issus des services. A sa demande, les formations adaptation au métier auront un caractère obligatoire pour éviter des refus.

Elle souhaite que les formations initiales de l’ENFiP intègrent et valorisent cette mission trop souvent considérée trop souvent comme mineure.

Plus de polyvalence :

Un élément positif, l’instauration d’une polyvalence n’est plus de mise, pas plus que de noyer les missions foncière et cadastrale dans le SIP. La direction générale parle désormais de polyvalence des équipes.

Sur les 3 scenarii proposés :

Le débat n’a pas été entamé. Cependant, la CFDT Finances publiques s’est opposé dès les propos liminaires à « la création de secteurs de gestion compétents sur une zone géographique en matière d’IR, de TH et de TF et subdivisés en sous secteurs spécialisés par matière et mise en place au sein du SIP de deux référents techniques compétents pour le 1er en matière d’IR/TH et pour le second en matière de TF. » Cette proposition est illisible et ne peut en aucun cas être pérennisée.

Les deux autres propositions de l’administration : Scénario 1 : création d’un secteur foncier distinct du secteur d’assiette IR-TH et du secteur recouvrement.

Scénario 2 : création d’un secteur foncier spécialisé dans les tâches de gestion les plus complexes (ex EDD, contentieux d’évaluation …) et de secteur d’assiette IR-TH également compétents en matière de travaux de masse (ex : relances LASCOT, évaluations simples …).

La CFDT Finances publiques réclame des discussions approfondies sur ces propositions avec les agents, les organisations syndicales, mais également les élus locaux. Elles semblent mieux répondre, dans les conditions actuelles de suppressions d’emplois et de dégradations des missions, aux moins pires des projets.

Une situation participable :

Il a été décidé de suspendre la création des commissions départementales pour la révision foncière des locaux professionnels. Cette situation entraine la suspension du travail réalisé par les PELP (pôle d’évaluation des locaux professionnels). Pourquoi ? En raison des élections municipales de mars 2014 ! Ainsi, le calendrier est décalé à l’automne 2016.

La direction générale oublie de tenir compte de l’évolution de la structuration administrative des territoires et de l’éventualité d’une révision foncière des locaux des particuliers à l’instar de celle en cours pour les locaux professionnels.

Elle reconnaît que pour le moment aucune réflexion n’a été menée pour l’avenir des géomètres.

La CFDT Finances publiques n’est pas "emballée", mais pragmatique, elle négociera dans le respect des principes et objectifs qu’elle défend.

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 15:15

Après des débuts catastrophiques, le ministère a engagé des discussions sur ses multiples projets de mutualisation des fonctions support : les ressources humaines, les systèmes d’information et de communication, les affaires budgétaires et comptables, l’immobilier, le domaine achat/logistique, la communication et les affaires juridiques.

Se rattrapant d’annonces unilatérales précipitées, le ministères a réuni le 17 janvier les fédérations syndicales pour une réunion de présentation et de méthode sur ses projets de mutualisation des fonction support aux Finances.

Dans ses propos liminaires, la CFDT Finances a relevé que mutualisations envisagées recouvrent en réalité des sujets distincts :

  • des ministérialisations de fonctions autrefois strictement directionnelles (par exemple : les systèmes d’information).
  • le recours à des services d’une direction pour accomplir des fonctions actuellement exercées dans d’autres directions (par exemple : le transfert à la DGFiP de l’organisation du concours commun C).
  • des réorganisations de services déjà mutualisés (réorganisation des services de centrale ministérielle) qui relèvent d’ailleurs du dialogue social propre à ces services.

La CFDT Finances souhaite un dialogue approfondi sur chacun des projets. Elle a souligné la nécessité de préserver les moyens consacrés aux missions, et de préserver les droits des agents en matière d’affectation et de rémunérations.

Au total la CFDT n’est favorable, sous réserve d’examen détaillé, qu’à une ministérialisation accrue des systèmes d’information car elle est nécessaire à la cohésion des missions des directions. Elle demeure globalement méfiante vis à vis de mutualisations qui interviennent dans un contexte de suppressions massives et prolongées d’emplois.

Le ministère a résumé rapidement ses sujets de réflexion et précisé notamment trois points qui ont suscité le plus d’interrogations :

  • Le transfert de l’organisation du concours commun de la catégorie C (DGFiP, Douane et DGCCRF) impactera 3 personnes en centrale ministérielle,
  • Les modalités et le périmètre de la fusion des plates-formes de concours de Lille (DGFiP) et de Tourcoing (Douane) ne sont pas encore définis. Il peut s’agir d’une simple fusion des plates-formes ou d’une fusion de l’ensemble des services chargés des concours.
  • Le transfert à la DGFiP en matière de support de l’action sociale ne concernera que l’immobilier, l’informatique et l’aide au fonctionnement courant.

Plusieurs groupes de travail avec les fédérations syndicales (le nombre exact n’est pas encore décidé), discuteront de l’ensemble des mutualisations,

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 19:21

 

Les agents des services des Impôts des entreprises (SIE) souffrent depuis de très nombreuses années par rapport à l’ampleur et à la difficulté des tâches à accomplir. La DG est bien consciente de cela, mais son nouveau petit livre rouge : "la démarche stratégique" n’offre pas les bonnes solutions.

Des retours pertinents des agents des SIE

Le bureau GF-2C de la DG a piloté et animé une étude en mai 2012, avec un panel d’agents du réseau sur l’accueil, l’assiette/surveillance, l’assiette/ gestion, le contentieux, la comptabilité, le recouvrement, dans les services des Impôts des entreprises (SIE). Il ressort de cette étude que le pilotage des « petites » structures (SIP/SIE) est très difficile. Le panel souhaite conserver le principe d’un interlocuteur fiscal unique des entreprises, tout en renforçant les passerelles entres les fiscalités professionnelles, des particuliers, foncières, ainsi que la collaboration avec le pôle gestion publique. Le panel a émis l’idée d’un nouveau schéma d’organisation du SIE autour de 4 pôles :

  • comptable,
  • dédié aux missions transverses,
  • de recouvrement forcé,
  • et de gestion.

La formation professionnelle doit donc jouer un rôle essentiel pour atteindre tous ces objectifs.

Les OS en phase parfaite avec les agents des SIE

Ce qui ressort de la synthèse fourni par la DG, corrobore toutes les alertes syndicales faites tout le long de ces presque 10 ans passées depuis la création des SIE.

C’est le constat de l’échec du mode d’organisation préconisée lors de la mise en place des SIE autour de la notion de la polyvalence des agents, source de difficultés et de souffrances au travail.

Les agents des SIE en grande souffrance

Toute la DGFiP est en souffrance, mais s’il fallait désigner une structure et les agents qui y travaillent en particulier, c’est le SIE qui malheureusement décrocherait la médaille d’or. Le mal être au travail touche toutes les catégories d’agents, y compris l’encadrement. La CFDT a dénoncé l’opération de communication du DG, à propos des fameux postes informatiques mis à la disposition des usagers depuis le 15/12/2013, afin de guider les petites entreprises dans les télé procédures.

Les agents ne veulent pas être instrumentalisés

Les agents sont de bonne composition, attachés au service public. Ils font constamment beaucoup d’efforts pour participer à l’évolution de la DGFiP, mais ils en ont assez d’être instrumentalisés. Pas plus qu’ils ne sont des assistants sociaux, des experts comptables, des notaires, ils ne sont des aides informaticiens. Les usagers ne demandent pas d’avoir des ordinateurs en libre service, mais des agents en nombre suffisants et bien formés pour leur répondre.

Une avalanche de réformes sur les SIE

Depuis la création des SIE en 2006 à l’ex-DGI, les agents n’arrêtent pas de devoir s’adapter aux décisions des gouvernements successifs qui ont complexifié la fiscalité des entreprises, et donc leur travail. La révision foncière des entreprises n’est pas une mince affaire, et les difficultés de la mise en œuvre du crédit impôt compétitivité des entreprises (CICE) vont impacter fortement les services en 2014.

« La téléprocédure va dans le sens de l’histoire » selon la DG

Pour la CFDT, la généralisation des téléprocédures pour toutes les entreprises y compris les auto entrepreneurs annoncent de nombreuses difficultés pour établir, liquider et recouvrer les impôts des professionnels. La contribution économique territoriale (CET) qui a remplacé la taxe professionnelle, a été qualifié de « grand magma » par la DG, mais cela ne résout pas pour autant les difficultés professionnelles quotidiennes. L’ensemble des organisations syndicales a insisté sur le stress généré par toutes ses décisions prises par les gouvernements, censées au départ améliorer la compétitivité des entreprises et donc la création d’emplois.

La simplification des tâches

Outre l’évolution de l’informatique, elle s’articulera sous les formes suivantes :

  • des mesures législatives qui portent sur la fréquence des acomptes (ex : l’acompte semestriel pour le régime simplifié d’ imposition),
  • l’automatisation de certaines mesures comme par exemple le calcul du dégrèvement,
  • l’exonération de l’autoentrepreneur facilitée,
  • des mesures de simplification du processus déclaratif et du paiement des entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés,
  • la réduction du nombre de déclarations fiscales

La démarche stratégique passera et la dématérialisation va s’accélérer

La complexité, voilà l’ennemi pour la DG. Demain, la vie sera plus belle dans les SIE, grâce à des outils informatiques plus performants, une formation professionnelle plus réactive, un soutien accru des chefs de service, une amélioration et une sécurisation des procédures de recouvrement.

Mais qui a dit déjà, que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient » ?

Il semblerait qu’à la DG, il y ait beaucoup de disciples d’Henri Queuille, homme politique de la III et de la IV République, auteur de cette phrase célèbre.

Paris, le 13/01/2014

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 13:10

Le 17 décembre 2013, la Direction générale a réuni les organisations syndicales pour un groupe de travail, portant sur l’accueil. Cette réunion s’inscrit dans le débat ouvert au printemps sur la mission accueil. Le cycle de discussion se prolongera au cours de l’année 2014 avec des GT consacrés aux bilans des expérimentations numériques (tablettes et ordinateurs), aux projets en matière de téléphonie, de Cap numérique, de la sécurité et de l’indemnitaire. Monsieur Girault a informé l’auditoire de la création de la mission « stratégie relation aux publics » (SRP) chargée de la gestion de la mission accueil en lien direct avec la démarche stratégique et en partenariat avec Cap numérique. Pour aborder ce GT, l’administration a fourni un énorme dossier statistique offrant une vision plutôt favorable de la situation. La CFDT Finances publiques ne partage pas cette appréciation et aurait préféré un bilan ergonomique humain, matériel, immobilier et informatique ainsi que des orientations différentes respectant le service public et leurs acteurs.

GT_accueil_17-12-2013.pdf
 

L’accueil : un monstre polymorphe issu de la fusion.

Pour la CFDT Finances publiques, l’accueil à la DGFiP est une mission de service public de la plus haute importance. C’est aussi une mission sociale pour de nombreux usagers.

La CFDT Finances publiques exige que la DGFiP soit cohérente avec son discours, elle se doit d’adapter les moyens à la hauteur de ses ambitions en calibrant les équipes dédiées à l’accueil aux besoins de la population, des élus locaux, ainsi qu’à la situation socio-économique des sites et au tissu fiscal.

La CFDT Finances publiques réclame une véritable étude globale de l’accueil à la DGFiP, sous l’angle des conditions de vie au travail et des impacts en terme de ressources humaines. La mission accueil dans son ensemble (l’accueil multi vecteurs : physique, téléphonique, numérique et écrit) est une tâche mal appréhendée dans les objectifs, mal évaluée, mal quantifiée. Elle s’exerce dans un contexte difficile empreint d’insécurité et d’incertitudes, face à un public devenu client et ultra exigent.

L’accueil à la DGFiP : technicité et savoir faire.

Un agent d’accueil doit savoir régir les flux, accueillir des personnes en difficultés, gérer l’humain, connaitre parfaitement l’organisation de la DGFiP, être polyvalent et disposer de solides connaissances pluridisciplinaires.

C’est pourquoi la CFDT Finances publiques demande plus d’autonomie pour les services d’accueil et l’inscription du métier au TAGERFiP, sa reconnaissance et sa valorisation ainsi que des formations spécifiques adaptées aux besoins.

Accueil je vous aime, très bien mais il faut agir d’urgence.

La mission « SRP » souligne la qualité de la fonction accueil et constate la multiplication des modes de contacts mais quid d’une action visible pour améliorer la situation  ?

Elle prend des engagements internes :

  • placer ou replacer la mission dans la chaîne de travail ;
  • disposer d’une organisation plus réactive pour mesurer les incidents et agir face aux difficultés des usagers, à leur anxiété et leur incompréhension,
  • développer une communication pro-active vis-à-vis de tous les types d’usagers,
  • définir le profil de l’usager au guichet !

Elle va s’attacher à étudier la reconnaissance de la mission et l’offre de formation professionnelle. La valorisation pécuniaire s’inscrirait quant à elle dans le cadre de la rénovation indemnitaire.

Elle jugera de l’opportunité de l’inscription du métier au TAGERFiP et de la généralisation des expérimentations numériques en cours de test dans les SIP et les SIE, même s’il s’agit d’accompagner les évolutions législatives.

Elle attend la décision du directeur général sur la possibilité de maintien de l’anonymat des agents d’accueil suite à l’adaptation du référentiel Marianne…

La CFDT Finances publiques réclame la fin des injonctions paradoxales vis-à-vis de la gestion des services et plus particulièrement de l’accueil. La démarche doit être globale et s’appuyer sur les dires des équipes concernées tels ceux recueillis au cours des échanges dans les espaces de dialogue, dans les constats de l’Observatoire interne des flux de l’accueil physique ou consignés dans le DUERP.

Pour la CFDT Finances publiques, la reconnaissance affichée ne suffit pas. Il faut aller plus loin et mettre tout en œuvre pour mettre fin à la contradiction de la gestion de la relation individuelle avec l’usager dans un cadre de traitement de masse chronométré.

Des moyens adaptés et des outils fiables.

Les comptages actuels font apparaître des volumes considérables gérés avec professionnalisme. La mission « SRP » veut comprendre ces données pour définir sa stratégie en matière d’accueil physique, téléphonique et informatique. Elle s’interroge sur les attentes paradoxales des usagers.

Elle veut consulter d’autres organismes et échanger les bonnes pratiques, comme la Caisse nationale d’assurance maladie, la Caisse nationale d’allocations familiales ou Pôle emploi, des modèles en la matière !

Elle évoque en permanence les propos et les orientations inscrits dans la démarche stratégique et élude la question des moyens humains.

Les palliatifs numériques ne constituent pas une réponse et ne changera rien au contexte de suppression d’emplois. La CFDT Finances publiques s’oppose à la déshumanisation du service public.

La DG n’avance aucune mesure concrète. Elle répond démarche stratégique.

Elle ne comprend pas l’approche défendue par la CFDT Finances publiques qui veut remettre le travail au centre des préoccupations et lui redonner du sens. Elle prône « la poursuite de la mission en éduquant les usagers et en tentant de les convaincre de réaliser les démarches eux-mêmes avec des outils diversifiés dont ils ne savent pas tirer le meilleur usage ».

La DG est loin de la prise en compte des conditions de travail des agents, elle est loin de l’écoute des personnels.

La CFDT Finances publiques exige que l’accueil soit repensé dans sa globalité, que soit donnée une définition de cette mission prioritaire, pour rendre le métier attractif, pour anticiper le long terme et mieux répondre aux exigences des publics clients et non plus des usagers du service public.

La CFDT Finances publiques réclame un projet construit distinct de la démarche stratégique, une méthode de travail pour une évolution réelle de la situation. Simplifier l’impôt, simplifier les outils, adapter le volume des équipes aux besoins, des solutions claires et efficaces à méditer…

Paris, le 17 décembre 2013.

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 10:52

http://69.snuipp.fr/IMG/arton1481.jpgLa Directrice nous informe  "qu'il n'y aura aucune fermeture de trésorerie dans les départements bretons au 1er janvier 2014. Le projet de restructuration du poste de Pont-Aven est donc, à ce titre, ajourné."

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 18:17

Compte rendu entrevue avec la DDFIP

La trésorerie de ST Thegonnec sise a Pleyber Christ est rattachée à la trésorerie de Morlaix Banlieue (gestion conjointe), elle comporte 2 agents.

Une de ces collègues vient de faire un accident cérébral grave qui va l'éloigner du travail pour un temps indéterminé.

Il n'est pas envisageable d'ouvrir la trésorerie au public dans ces conditions.

La directrice nous a exposé le dispositif mis en place pour parer à cette situation.

Transfert de l'agent restant dans les locaux de Morlaix banlieue.

Cet agent s'occupe de la partie recouvrement impôts, les appels téléphoniques de Pleyber seront transférés à Morlaix banlieue jusqu'au 31 décembre 2013, date à laquelle cette activité sera transférée au SIP de Morlaix.

Une ouverture au public a Pleyber une demi-journée par semaine, la chef de poste de morlaix banlieue, plus le collègue restant.

Celui ci percevra les indemnités kilométriques Pleyber Morlaix, tant que la situation durera.

La partie SPL sera assurée par ce même collègue appuyé par les agents de Morlaix Banlieue. Nous avons demandés si l'EMR serait sollicité : NON

 

Pont -Aven : le ministre n'a pas encore signé.Plouigneau, Plouescat, fermetures reportées, 2014 étant une année électorale (municipales) la direction générale n'a pas soumis ces dossiers a la signature du ministre.

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:26

Lu dans "Le journal du Net " du 10 octobre 2012

 

La société de services se voit confier le contrat de support de 260 logiciels Open Source utilisés par le ministère de l'Économie et des Finances. Un marché d'une durée de 4 ans, et qui s'élève, au minimum, à 15 millions d'euros.

"C'était un pari fou, mais pourtant, nous l'avons gagné !", s'enthousiasme Alexandre Zapolsky, P-DG de Linagora. C'est en effet sa société, spécialisée dans l'Open Source, qui vient de remporter un juteux contrat avec le ministère de l'Economie et des Finances. D'une durée de 4 ans, son montant s'élève, au minimum, à 15 millions d'euros, et pourrait atteindre, voire dépasser, les 20 millions d'euros, en fonction des besoins du ministère sur la période. Il s'agit ni plus ni moins que du plus gros marché Open Source de l'Etat français.

Qualifié de "Support à l'usage logiciels libres", il concerne 116 000 agents et couvre plus de 260 logiciels définis (le périmètre reste toutefois évolutif) : Drupal, Open LDAP, LemonLDAP, Debian, Ubuntu, CentOS, OBM, Tomcat, PostgreSQL, Apache, Nagios, Cacti, LibreOffice, PHP, Firefox, Thunderbird...

Linagora rafle ce marché à des SSII d'envergure, qui avaient également été alléchées par l'appel d'offres, comme Capgemini ou Atos. Cette dernière avait d'ailleurs remporté le précédent contrat, également sur 4 ans, dont le montant avait au final dépassé les 19 millions d'euros. Le contrat précédent avait été signé par Capgemini. Bull et Linagora étaient alors en co-traitance. Aujourd'hui, c'est Bull qui devient le sous-traitant de Linagora.

"C'est aussi pour cela que c'était un pari finalement assez risqué, car c'est nous qui sommes au-dessus de Bull, et pas l'inverse. Mais nous présentions la meilleure offre, avec notamment quelque 200 CV détaillant très précisément les compétences Open Source. Cette victoire montre aussi que ces marchés ne sont pas inaccessibles aux TPE/PME", a commenté Alexandre Zapolsky. D'ailleurs, en plus de Bull, 25 TPE/PME, toutes spécialisées dans l'Open Source, épauleront également Linagora dans sa mission. Parmi elles : OpenSearchServer, Alixen, Acquia, Camp to Camp, Core Tech, Nexedi ou encore Xwiki.

Scénarios de consommation et montant flexible

Concrètement, Linagora, aidé de ces TPE/PME, assurera notamment les rôles d'un éditeur, se chargeant d'assurer la qualité, les paramétrages, le débogage, le versionning et l'évolution des solutions Open Source. Une expertise qui repose sur l'offre OSSA (Open Source Software Assurance) de Linagora. De son côté, Bull interviendra sur site, pour une partie importante, mais pas majoritaire, des prestations à unité d'œuvre.

C'est plus précisément la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP), qui vient de confier à Linagora et ses sous-traitants le "Support à l'usage logiciels libres" du ministère de l'Économie et des Finances. Des scénarios de consommation des solutions Open Source ont été prévus dans le contrat, mais si le rythme est plus soutenu que prévu, le montant total du contrat pourra dépasser les 15 millions d'euros. Pour Linagora, cette manne assure au minimum la stabilité de son chiffre d'affaires pour l'exercice en cours : tous les contrats supplémentaires seront donc synonymes de croissance.

Or, le marché de l'Open Source devrait bientôt pouvoir sensiblement bénéficier de la récente circulaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, très favorable au développement de l'Open Source dans l'administration.

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 17:49

L'Administration avait présenté la numérisation des 2042 comme une avancée technologique majeure. Deux départements : l'Orne et le Val d'Oise avaient été choisis pour cette expérimentation.

 

L'expérience est si catastrophique que la Direction Générale a suspendu l'expérience et avoué son incapacité à la poursuivre, au vu des problèmes posés :

  • Pas de redescentes dans ILIAD des déclarations numérisées,
  • Incapacité de la plate-forme de numérisation à absorber les lots de déclarations,
  • Ecritures polluant l’image,
  • Contrôles automatiques de cohérence inintégrables,
  • Déclarations inadaptés aux lecteurs optiques,
  • 2 logiciels de lecture optique en contradiction,
  • Manque de transparence du prestataire,
  • Aspect juridique de l’image toujours en suspens,
Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:08

A l’issue des mouvements de mutation, les effectifs des agents de catégorie C dans les directions nous ont été communiqués par le Direction générale. Vous les trouverez en fichiers joints sous la forme de deux cartes de France.

 

2012_effectifs_C_FGP.pdf

2012_effectifs_C_FF.pdf

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Réseau
commenter cet article

Au sommaire du blog

1 Actualités 1 CAP Locales 1 CAP Nationales 1 Pratiques
1 Ailleurs en France 1 CHS 1 Document Unique 1 Vu dans la presse
1 Ailleurs dans le monde 1 CDAS 1 Infos Sociales 1 Vu dans les Jo
1 Calendrier 1 Carrières 1 Informations légales 1 Vidéos
1-Retour-Accueil.png CTP    

Rechercher

Plus, plus et encore plus !

Plus Elus CFDT en CAPC

Plus Décret CHS

Plus Guide Acmo

Plus Simulateur pensions

Plus Droits et démarches

Plus Les responsables CFDT

Plus Mentions légales

Archives

Nos vidéos CFDT

Les vidéos de la CFDT à regarder de
chez vous, une fois libre des contraintes
de l'intranet DGFIP

Nos liens sur le web...

Lien CFDT Confédération (2)

Lien CFDT Fédération Fiannces(2)-copie-1

Lien CFDT Fiannce Publiquess(2)

Lien CFDT Fonctionnaires 2

Lien CFDT Cadres

Vive l'impot

button.png