Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 14:01

Compte-rendu de la visite du CHS-CT du Finistère
de la Trésorerie de Brest CHU


Cette visite a eu lieu le lundi 22 octobre 2012 à partir de 9 h 30.


La délégation du CHS-CT était composée du représentant de l’administration, M. Jacky JOLIVET, assistant de
prévention et des représentants des personnels :

  • Mme Anne Marie LEMAITRE pour la CFDT
  • M. Jean Luc CAPELLE pour la CGT
  • M. Stéphane DOUET pour Solidaires aux Finances
  • M. Didier KERDONCUFF pour FO


Cette journée s’est déroulée en deux temps :

  • le matin : visite des locaux en compagnie de Mme Sanchez adjoint du chef de poste.
  • l’après-midi : réunion avec l’ensemble des collègues.


En préambule à cette visite nous avons été accueilli par Mme Sanchez qui a attiré notre attention sur deux points : la sécurité et les risques d’intrusion dans le poste et l’absence de plan d’évacuation dans le cadre de la prévention des risques incendie.


La visite des locaux


La visite du matin a permis d’observer les conditions matérielles de travail des agents et de discuter avec eux dans le cadre de leur bureau.


Nous avons pu noter les éléments suivants :


La trésorerie est organisée en une succession de bureaux le long d’un couloir. Dans ce dernier, il existe des étagères de rangements dont les parties supérieures ne peuvent être atteintes qu’à l’aide d’un escabeau. Plusieurs dalles du faux plafond sont abîmées. Des parements des murs sont détériorés. La porte d’entrée qui s’y trouve est mal sécurisée.

Brest-CHU-2012-10-22-01.JPG

En terme de dispositif de sécurité, une réflexion globale est à mener. Il n’existe pas de plan d’évacuation alors que Mme Colas l’avait déjà signalé dans son rapport en 2009. La porte à l’extrémité du couloir (à l’est du bâtiment) devrait être équipée d’une barre anti-panique. Actuellement, elle est fermée à clé. Si un incendie se produisait dans le milieu du couloir, les collègues seraient en fâcheuse posture. Les extincteurs sont positionnés trop en hauteur, observation là aussi déjà faite par Mme Colas.

Brest-CHU-2012-10-22-02.JPG

Dans les bureaux orientés au nord, il existe de réels problèmes thermiques. Du fait de la médiocre qualité des ouvrants, les agents sont exposés à des courants d’air et souffrent régulièrement de difficultés de chauffage de leur espace de travail. Dans certains bureaux, des morceaux de cartons fixés avec du scotch tentent de limiter ces désagréments. Certains radiateurs ne fonctionnent pas et sont en attente de réparation. La hauteur sous plafond étant importante, cela n’améliore pas la situation.


Dans les bureaux orientés au sud, les nuisances thermiques sont inverses. Il y fait régulièrement chaud. Les agents ont fait part d’odeurs désagréables et persistantes. Il n’y a pas d’aération. Pour ventiler cette partie, ils sont obligés d’ouvrir une porte dans la salle de réunion. En contrepartie, la sécurité du poste est amoindrie.

Brest-CHU-2012-10-22-03.JPG

Le local caisse confiné. Il y fait chaud. L’accueil à destination du public est mal conçu et génératrice de potentiel TMS : il faut être debout et penché ou à l’étroit dans un recoin pour travailler. Ce local est pourvu de dalles amiantées. Certaines sont abîmées. Il paraît nécessaire et urgent de s’assurer que les agents ne courent pas de risques pour leur santé. Une prise électrique est également décollée. Nombre d’agents se plaignent également de l’intensité lumineuse des néons. De fait, la majorité d’entre eux utilisent des lampes de bureau. ou des lampes sur pied. Dans les bureaux recouvrement et caisse, les agents ne bénéficient pas de la lumière naturelle.


Dans plusieurs bureaux, des fils serpentent sur le sol ou sont enfermés dans des goulottes. Cela constitue un risque de chute de plain-pied. Deux accidents sont imputables à cette situation dans le local de la caisse. Les câbles électriques et informatiques ne permettent pas de choisir la position des bureaux. Certains agents ne peuvent donc pas positionner au mieux leur bureau dans le respect des préconisations ergonomiques. Il existe de nombreuses multiprises qui entraînent des risques déjà soulignés par Mme Colas inspectrice santé et sécurité au travail dans son rapport de 2009.

Brest-CHU-2012-10-22-04.JPG

Le bureau où sont classés les mandats est équipé d’armoires à tiroirs dites ergonomiques. Ce dispositif ne semble pas avoir l’effet escompté puisque, en s’ouvrant les tiroirs se bloquent. Ils ont aussi une partie coupante. Dans un bureau, il existe un appareil de mesure de radon. Ce dernier est en place depuis longtemps mais aucun relevé ne semble avoir été fait. Aucune information n’a pu nous être fournie afin de savoir si une étude est en cours.


Dans le local courrier, des postes informatiques ont été installés pour permettre aux agents de travailler en cas de forte chaleur. Il existe ainsi trois postes. Néanmoins, tels qu’ils sont disposés il paraît difficile à trois agents d’y travailler. Ce dispositif ne semble donc pas satisfaisant.

Brest-CHU-2012-10-22-05.JPG


Un local contient une armoire électrique qui devrait être fermée par un dispositif adéquat.


Les sanitaires des hommes bénéficient d’une hygiène douteuse.


A l’ouest du bâtiment, il existe une succession de pièces dont l’accès est ponctuel mais néanmoins la propreté n’est pas de mise et des odeurs sont prenantes.


Des odeurs nauséabondes sont présentes dans différents locaux.


La peinture est écaillée dans certains endroits comme le local de restauration ou la partie sud aux vitres opaques.

Brest-CHU-2012-10-22-06.JPG
Nous avons observés plusieurs sièges qui ne sont pas équipés d’accoudoirs. N’est-il pas préférable d’en avoir afin d’améliorer la position de travail sur écran ?


A l’extérieur, nous avons également constaté que les morceaux de parements se détachent de la façade. La réunion avec les agents L’après-midi l’ensemble des agents présents ont pu participer à la réunion avec les membres de la délégation du CHS-CT.

 

Réunion avec l’ensemble des collègues


A cette occasion, les membres de la délégation ont interrogé les agents sur ce que représentait pour eux le CHS. Peu de réponses ont été apportées.


La présentation du CHS a donc été faite aux agents. Il a été rappelé que des éléments d’information existaient sur le site de la DDFIP du Finistère, que les agents pouvaient prendre contact avec les différents correspondants sociaux. Il a été indiqué aux agents qui souffrent d’affections qu’ils pouvaient prendre contact directement avec le médecin de prévention.


L’assistant de prévention a également présenté son rôle et sa mission.


Le DUERP a également été évoqué comme outil de remontée des données concernant la santé, la sécurité et les
conditions de travail des agents.


Ensuite, les agents ont fait part de plusieurs attentes.


Ils ont insisté sur la nécessité qu’il y avait de les tenir informés des décisions prises concernant leur poste. Ainsi, ils souhaitent savoir quel est le planning des travaux prévus sur leur site, en quoi ils consistent exactement. Ils souhaitent connaître la suite réservée aux demandes qu’ils font en termes d’équipements : ont été évoqués les demandes de sièges, des supports de documents… Ils souhaitent être associés aux projets de travaux ou d’éventuels relogements qui pourraient être avancés.


Les agents ont exprimé une réelle souffrance quant à leur condition de travail et une forme de sentiment d’abandon. En effet, cela fait plusieurs années que leur situation est difficile et qu’elle se dégrade et malgré toutes leurs interventions et les visites qu’ils ont pu connaître, ils constatent que peu de choses avancent. Cela constitue une souffrance supplémentaire. Le fait que leur administration de tutelle se décharge régulièrement sur le propriétaire des locaux, à savoir l’hôpital, est également une source de difficulté qui s’ajoute à leur situation compliquée.


Ils ont à nouveau souligner les difficultés auxquelles ils sont confrontés : problèmes thermiques (ou trop chaud ou trop froid en fonction des bureaux), des problèmes de luminosité, d’absence de lumière naturelle, de sensation d’oppression. Ces conditions dégradées provoquent des arrêts maladies de plus ou moins longues durées qui se répercutent sur la réalisation des missions et qui constituent une source de tension supplémentaire.


Ils ont mis en lumière une réelle inquiétude par rapport à la nouvelle organisation du stationnement sur le site de l’hôpital Morvan. A terme (dès décembre 2012), seuls cinq agents (selon les critères retenus) bénéficieraient d’un badge pour un accès gratuit. Les autres devraient chercher d’autres solutions. Ils souhaitent un accompagnement de la part de l’administration sur ce sujet. C’est une contrainte qui vient s’ajouter aux difficultés qui rencontrent déjà.


Cette journée s’est révélée édifiante sur la situation difficile que connaissent les agents sur la trésorerie de Brest CHU dont les conditions de travail ont un réel impact sur leur santé et leur sécurité.

Partager cet article

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans C.H.S.C.T.
commenter cet article

commentaires

Au sommaire du blog

1 Actualités 1 CAP Locales 1 CAP Nationales 1 Pratiques
1 Ailleurs en France 1 CHS 1 Document Unique 1 Vu dans la presse
1 Ailleurs dans le monde 1 CDAS 1 Infos Sociales 1 Vu dans les Jo
1 Calendrier 1 Carrières 1 Informations légales 1 Vidéos
1-Retour-Accueil.png CTP    

Rechercher

Plus, plus et encore plus !

Plus Elus CFDT en CAPC

Plus Décret CHS

Plus Guide Acmo

Plus Simulateur pensions

Plus Droits et démarches

Plus Les responsables CFDT

Plus Mentions légales

Archives

Nos vidéos CFDT

Les vidéos de la CFDT à regarder de
chez vous, une fois libre des contraintes
de l'intranet DGFIP

Nos liens sur le web...

Lien CFDT Confédération (2)

Lien CFDT Fédération Fiannces(2)-copie-1

Lien CFDT Fiannce Publiquess(2)

Lien CFDT Fonctionnaires 2

Lien CFDT Cadres

Vive l'impot

button.png