Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 10:24

http://www.cfdt-finances.fr/local/cache-vignettes/L89xH92/arton5294-167b1.jpg

A la DGFIP, la grève Fonction publique du 15 mai 2014 a pris à nouveau une dimension toute particulière : 24 % des agents étaient en grève !

Communique_CFDT_apres_15_mai_20 (...)

Les motifs de cette grève étaient clairs :

« Contre les choix budgétaires qui fragilisent la fonction publique et les services publics. Pour la création d’emplois de titulaires indispensables à l’accomplissement des missions de service public. Pour une augmentation des salaires qui passe par le dégel immédiat de la valeur du point d’indice et l’attribution de 60 points d’indice au titre de la reconnaissance des qualifications des agents. Pour le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat à hauteur de 10 %. Pour une véritable refonte des grilles permettant une réelle linéarité de carrière. Pour le renforcement des garanties pour les agents contractuels ».

Après le succès de la journée du 20 mars, cette nouvelle journée d’action montre bien le malaise, voire le ras-le-bol des agents de la DGFIP. La CFDT s’en est fait le porte-voix lors de sa rencontre en intersyndicale, avec Solidaires, la CGT et FO, le même jour, avec le nouveau Secrétaire d’Etat au Budget, Christian ECKERT :

Ci-dessous notre déclaration :

« La CFDT est attachée à un dialogue social, si possible, fructueux. Mais dans ce cadre, il y a une vrai question de fonds : à quoi sert-il de répéter continuellement les mêmes choses aux différents ministres, et à la direction générale, avec des interlocuteurs variables, et des résultats jamais au rendez-vous ?

Le Premier Ministre a adressé le 13 mai 2014, il y a deux jours, un courrier à la Secrétaire générale de l’Union des Fédérations des Fonctionnaires. Il lui disait en substance que « le point d’indice n’était pas destiné à rester indéfiniment gelé » et que « Nous avons plus que jamais besoin d’améliorer les carrières pur préserver l’attractivité de la fonction publique ».

Alors nous répondons : les déclarations de principe c’est bien. Mais c’est quand, le dégel des rémunérations ? Et quand on constate que les plans de qualification ministériels sont toujours plus restreints, c’est quand le dégel des carrières ? La CFDT répète que nous voulons que s’arrêtent les destructions d’emplois, les réformes à marche forcée, la fragilisation du réseau de proximité, la dégradation des conditions de travail, etc…

Toujours au niveau de la DGFIP : contrairement à ce qu’a pu dire aux OS un ministre, lors de l’audience à l’occasion de la précédente journée d’action, le 20 mars 2014, , à la DGFIP, la fusion n’est pas finie. Certes, les statuts sont publiés et mis en œuvre au 1er septembre 2011.

Mais l’harmonisation indemnitaire n’est toujours pas réalisée complètement. Mais les personnels des deux filières ne sont pas traités à égalité alors qu’ils ont le même grade et le même échelon et qu’ils exercent les mêmes fonctions dans les services fusionnés du réseau de la DGFIP.

L’accès aux emplois vacants des deux filières n’est pas encore possible à tous les agents des finances publiques. Et le plus dur reste à faire, car dans le même temps, les possibilités de promotion se réduisent de plus en plus et les craintes s’expriment de plus en plus en termes de ralentissement de la cadence d’avancement.

Face à des moyens de plus en plus contraints, des conditions de travail de plus en plus dégradées, il n’y a même pas la qualité du dialogue social pour compenser la perte de pouvoir d’achat, répondre aux demandes des contribuables, enfin lutter contre la désertion par le service public de zones entières du territoire.

Et puis, puisqu’il faut donner des exemples, en voici deux : :

  • Après l’affaire CAHUZAC, 17 officiers fiscaux judiciaires ont rejoint le Ministère de l’Intérieur le 1er janvier 2014. Cela fait donc 5 mois qu’ils sont en fonctions. Ils n’ont toujours pas reçu leur carte de circulation en IDF, et, au final, ils payent pour travailler : ils n’ont reçu aucun remboursement, n’ont eu aucune avance de frais, et l’administration doit à chaque inspecteur entre 400 et 600 euros. Que fait-on pour résoudre cette situation inacceptable tant sur le principe que pour les agents ?
  • Jusqu’à l’année dernière, la DGFIP disait à ses agents « Si vous remplissez un série d’indicateurs, alors vous bénéficiez d’une prime de performance. » Cette année, silence radio. Est-ce que l’administration compte réitérer un bon vieux scénario, selon lequel les agents ont d’abord une prime en échange de conditions de travail dégradées, puis seulement les conditions de travail dégradées, mais plus de prime ?

Devant ce tableau peu réjouissant, la CFDT Finances publiques attend des engagements forts de votre part. Il faut rassurer les personnels sur leur avenir, et sur l’avenir du service public essentiel assuré par la DGFIP. »



Partager cet article

Repost 0
Published by CFDT Finances Publiques du Finistère - 29 - - dans Actualités...
commenter cet article

commentaires

Au sommaire du blog

1 Actualités 1 CAP Locales 1 CAP Nationales 1 Pratiques
1 Ailleurs en France 1 CHS 1 Document Unique 1 Vu dans la presse
1 Ailleurs dans le monde 1 CDAS 1 Infos Sociales 1 Vu dans les Jo
1 Calendrier 1 Carrières 1 Informations légales 1 Vidéos
1-Retour-Accueil.png CTP    

Rechercher

Plus, plus et encore plus !

Plus Elus CFDT en CAPC

Plus Décret CHS

Plus Guide Acmo

Plus Simulateur pensions

Plus Droits et démarches

Plus Les responsables CFDT

Plus Mentions légales

Archives

Nos vidéos CFDT

Les vidéos de la CFDT à regarder de
chez vous, une fois libre des contraintes
de l'intranet DGFIP

Nos liens sur le web...

Lien CFDT Confédération (2)

Lien CFDT Fédération Fiannces(2)-copie-1

Lien CFDT Fiannce Publiquess(2)

Lien CFDT Fonctionnaires 2

Lien CFDT Cadres

Vive l'impot

button.png